Un blog Travellerspoint

Mindo... Ça fait rire les oiseaux! (par : Manon)

semi-overcast 18 °C
Voir Aventure 2011 2012 sur la carte de Abud Nantel.

Après 23 jours auprès de la famille Saavedra, l’heure était venue de voler de nos propres ailes…

Mindo se trouve à environ une heure de Puerto Quito et Pedro nous y a conduit par un beau matin ensoleillé. La route pour s’y rendre longe la crête de la montagne et tout à coup, Mindo vous apparait au creux d’une étroite et profonde vallée : le village est tout petit et les montagnes, qui ont la tête dans les nuages en permanence, semblent s’écarter à regret pour lui laisser un peu d’espace. Pour accéder au village, il faut suivre une route sinueuse (vite, les Gravols!) qui plonge jusqu’au fond de la vallée où courent trois grandes rivières.

DSCN7114.jpgDSCN7625.jpgDSCN7621.jpg

Petite parenthèse : plus tard, nous apprendrons que la route de la crête reprend le trajet traditionnel des Yumbos, peuple indigène précolombien qui faisait le commerce entre la côte pacifique (région Esmeraldas) et Quito, à plus de 2000m mètres d’altitude. Il est difficile d’imaginer comment ces hommes pouvaient parcourir de telles distances, chargés comme des ânes, dans cette forêt tropicale dense (dense!!) et luxuriante... De fait, le village suivant se nomme San Miguel de Los Bancos – non pas parce qu’on y retrouve une banque (comme le note le Lonely Planet), mais bien parce que c’était un lieu de repos pour les Yumbos et qu’on y a retrouvé de nombreux bancs de pierre.

Après avoir fait nos derniers adieux à Pedro, Francisco et Stéphanie (qui se rendaient ensuite à Quito), nous sommes descendus à l’Hostal Ruby – un charmant « hostal » opéré par Marcello (hôtelier et guide d’observation d’oiseaux réputé), son épouse Norma, et leurs trois enfants (dont leur aînée, Ruby, qui a 13 ans et souffre d’un rare handicap mental – situation extrêmement difficile pour les parents dans un petit village où aucun service ou appui adaptés ne sont disponibles). Quel bonheur de découvrir notre immense chambre dans le grenier, avec son accès à une douche chaude (la première depuis notre arrivée en Équateur!), ses 2 hamacs et ses grandes fenêtres avec vue sur la cime des arbres et donc sur les nombreux oiseaux qui y nichent… Car Mindo, c’est le pueblo des oiseaux : on y compte 106 espèces d’oiseaux tropicaux, dont 5 espèces de toucans et plus d’une vingtaine d’espèces d’oiseaux-mouches!

DSCN7110.jpgDSCN8095.jpgDSCN7855.jpgDSCN8094.jpgDSCN8093.jpg

Après plus de trois semaines de vie communale, nous étions dus pour un petit moment « en famille », à notre rythme… Nous nous sommes donc offerts une belle siesta dans et sommes ensuite partis explorer le village. J’ai déjà mentionné que c’est tout petit? On en a fait le tour en moins de 30 minutes… mais il est clair que l’industrie principale ici, c’est le tourisme. Tout est là pour le gringo amateur de nature et de sensations fortes, à commencer par les nombreuses agences « We Speak English » offrant une variété d’activités en plein air et… les pizzerias! Après trois semaines de yucas, riz et bananes cuites, comment décrire le plaisir de manger une bonne pizza cuite sur feu de bois? Disons que nous sommes rapidement devenus des habitués de la pizzeria El Nomada et de son voisin d’en face, Bio Mindo, où un gentil portuguais prépare les meilleurs jus de fruits au monde (plus de 20 différentes sortes!) que l’on déguste en se balançant sur des balançoires de bambou. Comme nous sommes en hiver ici, c’est la saison creuse et il y avait très peu de touristes. Nous avions donc l’impression d’avoir tout cela rien qu’à nous!

DSCN8092.jpgDSCN7122.jpgDSCN7825.jpgDSCN7833.jpg

Dès le lendemain matin, nous décidons de nous lancer dans cette nature qui nous appelle à cors et à cri depuis notre fenêtre. On a l’impression qu’en tendant la main, on pourrait toucher la montagne et cueillir un nuage. Le matin, le soleil réussit parfois à percer et la montagne brille de tous ses feux. Le vert tendre des feuilles fait contraste au vert sombre des taches d’ombres créées par les nuages.

Nous hélons un taxi en ville et grimpons dans l’arrière de la camionnette toute neuve – les enfants sont ravies – et commençons à gravir la montagne, et donc à nous rapprocher des nuages… Jusqu’à ce qu’une pluie fine nous rattrape : nous sommes maintenant dans les nuages!

Au sommet se trouve la « Tarabita » : une espèce de boîte en métal, accrochée à un long câble, dans la quelle on monte pour traverser à toute allure (environ 25km/h selon le GPS) une profonde vallée sur environ 250m… Trop cool! La vue de là-haut est superbe! Et de l’autre côté, on retrouve trois différents sentiers de randonnée pédestre, chacun menant à de superbes cascades. Malgré les grognements sporadiques des filles qui trouvent l’ascension un peu exigeante, nous sommes vites envoutés par toute cette nature… Nous faisons l’expérience d’examiner un espace de d’environ 1m carré pour voir combien d’espèce de plantes nous pouvons y retrouver et en comptons plus d’une trentaine! Des énormes feuilles de bananiers aux minuscules fleurs multicolores, des fougères gigantesques aux palmiers, on observe toutes les teintes de vert imaginables, toutes les textures et tous les motifs.

DSCN7202.jpgDSCN7201.jpgDSCN7177.jpgDSCN7154.jpgDSCN7147.jpgDSCN7141.jpgDSCN7130.jpgDSCN7131.jpgDSCN7136.jpgDSCN7139.jpgDSCN7140.jpgDSCN7151.jpg

L’air est humide et une pluie fine tombe sporadiquement, mais ce n’est pas écrasant. Au contraire, l’air est frais et les parfums sont doux… et il n’y a pas de moustiques!! Ça ressemble à ce qu’on avait imaginé de la jungle, mais c’est la version « altitude », ce qu’on appelle en anglais la « cloud forest ». Mais toute bonne chose a une fin et après 4 cascades en compagnie du chien des gardes-forestiers (que les filles ont baptisé Cascada), nous rentrons au village.

Le lendemain, après avoir fait la grasse matinée, nous repartons dans la montagne avec Jimmy, le taxista hyper sympa, cette-fois en direction des « canopys » (Mindo Canopy Adventure, dans le même secteur de la Tarabita de la veille) : un circuit de « zip-line » qui nous permet de voyager d’arbre en arbre et d’apprécier une vue imprenable sur la vallée… Nous adorons!! Le circuit prend environ 1h15 à compléter et le câble le plus long mesure 400m. Des guides nous accompagnent et les filles traversent avec eux, ce qui leur permet de jouir pleinement de l’expérience en toute sécurité.

DSCN7219.jpgDSCN7229.jpgDSCN7231.jpg90_DSCN7234.jpgDSCN7238.jpgDSCN7243.jpgDSCN7252.jpg

Après ce petit jet d’adrénaline, Jimmy nous amène ensuite à un hôtel dans la montagne qui a aussi un élevage de papillons. En attendant notre repas, nous amusons avec les papillons… Littéralement! Le proprio nous explique comment les faire monter sur notre doigt en leur offrant un peu de banane écrasée : du plus petit papillon orangé aux ailles transparentes au gigantesque Morpho bleu métallique, nous faisons la connaissance de tous ces petits bijoux de la forêt.

DSCN7308.jpgDSCN7345.jpgDSCN7363.jpgDSCN7326.jpgDSCN7292.jpgDSCN7279.jpgDSCN7272.jpgDSCN7271.jpgDSCN7267.jpgDSCN7263.jpgDSCN7258.jpg

Et la journée se termine par le spectacle fantastique de la danse des colibris : l’hôtel voisin du nôtre a un joli jardin et ces petits oiseaux multicolores y ont élu leur domicile. Il semble y en avoir des centaines! Et ils virevoltent dans tous les sens, dans une folle farandole de couleurs (difficiles à photographier, par contre!!).

DSCN7381.jpgDSCN7387.jpgDSCN7487.jpgDSCN7424.jpgDSCN7406.jpg

Les oiseaux-mouches ayant piqué notre curiosité ornithologique, nous prenons rendez-vous avec Marcello pour le lendemain matin. Réveil : 5h30. Mission : observation d’oiseaux.

C’est dans le calme d’un aurore sans nuages (phénomène rarissime à cette éqpoque!) que nous retournons dans la montagne en quête des bibites à plumes… Marcello marche doucement, les yeux dans les arbres et les oreilles aux aguets : on dirait un chien qui traque sa proie. De temps en temps, il s’arrête et émet un sifflement auquel répondent les oiseaux qu’il cherche… Très vite, il s’arrête, pose son télescope et nous invite à y jeter un coup d’œil. C’est parti! Dans les 3.5 heures qui suivent, nous observons une vingtaine d’espèces d’oiseaux dont 3 sortes de toucans, un perroquet vert, un quetzal (la femelle, moins colorée que le mâle), un « trogon » (mon préféré!), des « momotos », divers « tangaras », des parulines, des « attrapa-mosca » (attrapeurs de mouches), des « woodcreepers », des merles nord-américains qui viennent passer l’hiver ici… Et, comble de chance pour Marcello, un « white-whiskered puffbird » - un petit oiseau brun aux moustaches blanches à l’apparence relativement ordinaire, mais qui niche normalement à 800m d’altitude. Marcello était donc aux oiseaux (!) de découvrir ce petit bonhomme si loin de chez-lui (nous étions à près de 1300m)!

DSCN7620.jpgDSCN7640.jpgDSCN7635.jpgDSCN7668.jpgDSCN7672.jpgDSCN7675.jpgDSCN7692.jpgDSCN7730.jpg

Un peu fatigués par cette longue randonnée, nous décidons de finir la journée chez « Mindo Bonito »… tout le monde nous parlait de cette propriété « muy bonita », à 4km du village, où l’on pouvait se baigner dans une piscine chauffée, pratiquer la pêche au tilapia, faire des tours de barque, manger une bonne bouffe, etc. Disons que c’était là du marketing était un peu agressif : la piscine était plutôt fraîche (comme le temps d’ailleurs), les étangs pour la pêche plutôt petits, et les barques plutôt dans le genre baignoire-avec-pagaie-taillée-dans-un-deux-par-quatre… mais la bouffe était effectivement bonne et les hamacs, très confortables! Et le toucan apprivoisé, très mignon...

DSCN7765.jpgDSCN7760.jpg

Et pour notre dernière journée et demi à Mindo, nous avons tranquillement profité des charmes de la vie au village : hamacs, jus frais, bonne bouffe (incluant un délicieux souper au filet mignon au Dragonfly Inn!), ballades dans les rues tranquilles du village, observation d’oiseaux mouches chez le voisin, visite d’un jardin d’orchidées où l’on retrouve plus de 40 variétés de cette fleur sublime (ainsi que de nombreuses broméliades) et… regarder les hommes du village jouer au foot toute la journée dimanche dans le champs de soccer en face de notre hostal depuis les hamacs au balcon du 2e étage. Marcello jouait vers 9h30 et il a eu de la chance lui… Les équipes qui sont passées par la suite on joué dans une pluie torrentielle et le champs est devenu un véritable océan de boue! Et nous, de notre petite chambre douillette, on les regardait glisser dans la boue en se disant qu’on était vraiment bien…

Le jardin d'orchidées :

DSCN7857.jpgDSCN7870.jpgDSCN7871.jpgDSCN7873.jpgDSCN7878.jpgDSCN7885.jpgDSCN7888.jpgDSCN7896.jpgDSCN7898.jpgDSCN7900.jpgDSCN7926.jpgDSCN7929.jpgDSCN7935.jpgDSCN7966.jpgDSCN7946.jpgDSCN7984.jpgDSCN7991.jpgDSCN8000.jpgDSCN8057.jpg

La vie au village :

DSCN7603.jpgDSCN7822.jpgDSCN7845.jpgDSCN8068.jpgDSCN8073.jpgDSCN8081.jpgDSCN8087.jpg

Posté par Abud Nantel 18:43 Archivé dans Équateur Tagué mindo equateur Commentaires (1)

Europe Youtube video Sept – Dec 2011

overcast 21 °C
Voir Aventure 2011 2012 sur la carte de Abud Nantel.

We have been one month in Ecuador and our European treck seems far away but we have compiled our best videos together and placed them on Youtube. Enjoy

Part 1

Part 2

Posté par Abud Nantel 11:24 Archivé dans France Commentaires (5)

Ce que nous (Arianne et Chloée) avons le plus aimé dans la f

overcast 21 °C
Voir Aventure 2011 2012 sur la carte de Abud Nantel.

Les choses que nous avons le plus aimées pendant nos trois semaines dans la ferme de cacao :

1. jouer au Black Jack avec les amis
2. la glace à Puerto Quito de Pinguino
3. le poulet grillé à Puerto Quito
4. construire le chemin en pierre
IMG_0841.jpg
5. faire l’arc et les flèches
DSCN6726.jpg
6. faire un tour de put put (tuk tuk – taxi a trois roue)
7. faire un tour de taxi debout dans la boite d’une camionnette
DSCN6474.jpg
8. aller à la plage
IMG_1551.jpg
9. cueillir le cacao avec une machette
DSCN6545.jpg
10. faire un collier en tagua (prononcer – tawa)
IMG_1728.jpg
11. bercer dans le hamac
DSCN6678.jpg
12. baigner dans le rio (la rivière)
IMG_1202.jpg
13. jouer avec les chiens
DSCN6721.jpg
14. faire la fête de Noel et du Jour de l’an (jusqu'à minuit)
IMG_0752.jpg
15. jouer avec les amis (Camilla, Stéphanie, Carlos et Fran)
16. Pedro et Marianella
17. les fruits (bananes, ananas, pommes)
18. laver le linge dans le rio
DSCN6885.jpg
19. se laver dans le rio
20. Matis le perroquet
DSCN6594.jpg
21. apprendre l’espagnol
22. la limonade maison de Marianella

Les choses que j’ai le moins aimées :

1. Le bruit de la pluie sur le toit de tôle qui nous empêchait de dormir
2. la douche glaciale (pas d’eau chaude dans la maison)
3. l’odeur du cacao
4. manger du ris a tout les diners et soupers
5. la banane cuite
6. la chorale des crapauds le soir (qui nous empêchait de dormir
7. les piqûres de moustique
8. faire de français
9. quand il parlait en espagnol et on ne comprenait pas
10. les GROSSE araignées dans la douche

Les choses que j’ai apprises

1. faire du chocolat
DSCN6991.jpg
2. vivre sans un réfrigérateur, lave vaisselle, laveuse et sécheuse à linge
3. c’est dure de faire de l’argent (en 40h il font moins d’argent que Manon fait a son travail en 2hrs
4. on peut bien vivre dans une maison en bambou
DSCN6668.jpg
5. on peut faire des arcs et flèches en bambou (et qui fonctionne très bien)
6. a travailler avec une machette
7. apprendre à vivre avec des étrangers
8. faire un colier en tagua

Posté par Abud Nantel 14:17 Archivé dans Équateur Commentaires (1)

Our Fundraising effort update

overcast 21 °C
Voir Aventure 2011 2012 sur la carte de Abud Nantel.

First, we’d like to thank you once again for your spontaneous and unconditional support for the Saavedra family… It is amazing – to see how many of you immediately and enthusiastically responded to our call for help. It is difficult to put into words just how wonderful this experience has been for each member of our family and how much we have learned from this unique family. So fare we have fundraised for $2500 and our ultimate goal is $5000

Our decision to fundraise on their behalf stems from our very deep conviction that the values espoused by this family are noble and true, and that helping them purchase their equipment will make a real difference for them and for their community.

Pedro has asked us to tell each one of you how much they appreciate your generosity. They were in total shock when we told them how many people chose to “chip in” in so little time! They kept repeating that they couldn’t believe so many people could be so generous for a family they didn’t even know… $50 is a lot of money for us, but it represents so much more for them!

So here are the instructions on how transfer the funds:

Option 1: Email money transfer
From your online banking system, select the “email money transfer” option and email the funds to Alain Nantel @ alain.nantel43@gmail.com.

Option 2: Check in the mail
Jerome (Alain’s brother) has kindly agreed to act as our banker for the moment. You can send a cheque, in Alain’s name (Alain Nantel), to his attention and Jerome will deposit it in our bank account.

Please let us know via email if you require Jérôme's mailing adresse. (alain.nantel43@gmail.com)

Pedro wasn’t expecting he could begin purchasing is equipment so soon, so he needs a bit of time to shop for the equipment and prepare the space where it will be installed. Your collective contribution will pay for part of the equipment and the family will invest its own resources as well. We have agreed that he would send us an estimate of the cost once he finds what he needs and only then will we transfer the funds. They will also send us regular updates and photos, so that we can see their progress.

Pedro and his family have also asked us to tell you that you are cordially invited to visit “your investment” – you have a family and a casa in Ecuador whenever you want… And trust us, they mean it! You do have a home here should you wish to visit one day.

Once again, we thank you again so very much!
Hugs to all! Grosses bises à tous!!

Manon, Alain, Chloée & Arianne

Posté par Abud Nantel 14:52 Archivé dans Équateur Commentaires (0)

Stage 1 de 3 de bénévolat comptété

overcast 21 °C
Voir Aventure 2011 2012 sur la carte de Abud Nantel.

Après un arriver plutôt complexe à Quito (vol de 40h+, voir blog Rome à Quito) nous sommes installer dans une maison a Quito pour quelques jours. Notre séjour nous a permit de récupérer notre sommeil et s’habituer à l’altitude de Quito. Nous avons aussi fait des achats au centre commercial, fait une visite touristique de la vielle ville et monté la montagne à proximité de Quito dans une gondole. Malheureusement une fois rendu en haut de la montagne les nuages et la pluies on un peu gâché la sortie.

Finalement lundi le 19 décembre on a commencé notre premier stage de bénévolat (3 semaines) et donc rencontré notre hôte Pedro et Stéphanie (une Belge qui avait déjà fait un stage avec la famille il a trois ans). Après une rencontre plutôt chaleureuse avec Stéphanie et Pedro ont a pris la route pour Puerto Quito. Au marqueur de route de 135Km (toute les distance des routes sont calculer a partir de Quito) on a pris un chemin de terre très accidenter pour 7km.

A 10h du soir Camilla (12 ans) Carlos (16 ans ) Fran (18ans) et la maman Marienella nous attende avec impatience. Stéphanie et la famille avait crée un amitié au paravent et tout le monde avait très hâte de ce revoir. On s’installe rapidement dans notre petite maison (une maison construite pour les bénévole).

DSCN7089.jpg

Pour les prochains 3 semaines on vie intimement avec la famille Saavedra et Stéphanie puisqu’on travaille, mange, dance, joue, rie, construit… ensemble. C’est le début d’une amitié entre chaque individu.

Les journées ce déroule comme suit :

8h00 – 9h00 réveille

DSCN7082.jpg

10h00 – déjeuné (banane légume frite en purée ou grillé, tortilla de mais, thé de limoncello (lemon grass) ou d’origan, crêpe, granola maison, pate frite (ressemble au queue de castor).

6IMG_0608.jpg

10h30 – 14h30 travaille dans le cacao, fabrication de chemin en pierre, éclaircissage de la jungle, construction d’un mur en bambou, fabrication d’un séchoir a cacao, lavage de linge dans la rivière…

IMG_0235.jpgIMG_1323.jpgIMG_1395.jpgIMG_2077.jpgIMG_1321.jpgDSCN6885.jpg

14h30 – 15h00 douche froide… plutot très froide
15h00 – 16h00 lunch – C’est le plus gros repas de la journée qui consiste d’une protéine (poulet, fève, lentille ou fromage frais du jour de la voisine) et riz
16h00 – 20h00 repo – fabrication de flutes en bambou, bracelets, collier, cuillères en mate, arcs et flèches, bandeaux, baignade dans la rivière, repo dans le hamac, jeux de carte ou ipad, lecture…

IMG_1728.jpgIMG_1202.jpgIMG_1196.jpgDSCN6736.jpgDSCN6741.jpgDSCN6705.jpgDSCN6678.jpg

20h00 – 23h00 soupé et temps de famille jeu, musique et autres

IMG_2057.jpgIMG_2041.jpgIMG_2030.jpgIMG_2029.jpg

Voici quelques pensées de notre visite chez la famille Saavedra

C’est drôle lorsqu’on fait notre lavage sur des roches dans la rivière comment on baisse les standard de ce qui est propre. Le même t-shirt pour 4 jours, yen n’a pas de problème!!!

C’est incroyable comment vivant, riche et bruyant est la jungle. 50% de notre nourriture venait directement de leur terre et c’était décadent. (fruits de toutes sortes, palmier, plantain, noix, yuca…)

IMG_0327.jpgDSCN7005.jpgDSCN7014.jpgDSCN7037.jpg

Il n’y a aucun gaspillage par ici, tout est réutilisé ou consommé. A la fin de 2 semaines il y a un petit sac de poubelle (principalement de plastic) qu’il recycle en ville. Nous sommes 10 à vivre dans la maison!!!

Avec une chain-saw Pedro a coupé un arbre et de l’arbre a coupé 3 madriers de 8cm par 10cm par 3.5m de long et coupé des planches de 2cm par 10 cm par 5m de long. Chaque pièce de bois était bien droite. Incroyable…

DSCN7002.jpg

Pedro et sa famille cultive de cacao mais sont également écologiste. Il protège semence et arbre de plus de 40 différentes variété de palmier. Leur propriété est un jardin botanique. Il protège également les cours d’eau qui passe le long ou sur leur propriété.

DSCN6998.jpgDSCN6983.jpgDSCN6978.jpgDSCN6971.jpgDSCN7076.jpgIMG_0534.jpgIMG_0357.jpg

Il faisait en moyenne 20 degré le jour, mais un 20 degré humide. Tout restait humide pas moyen de faire complètement séché notre linge puisqu’on a pas vue beaucoup de soleil. Les journées était nuageuse et les soirs il pleuvait. Sur trois semaines on a vue qu’un soir d’étoile. C’est la saison des pluies.

La famille Saaverda on ouvert leur maison et leur cœurs a des inconnues, en retour ils ont reçu notre admiration et notre amitié.

En campagne Equatorienne c’est très difficile de faire de l’argent. On a travaillé pendant 40hrs à cueillir le cacao, notre récolte a produit 63$. On fait une levée de fond pour la famille pour qu’il puisse s’acheter des équipements pour transformé d’avantage le cacao et augmenté leur revenue. Jusqu'à date on a récolté $2500. Notre objectif est de 5000$. Merci a tout ceux qui on déjà contribué à la campagne.

L’Équateur est un très beau pays

La machette est un outil indispensable et surtout très versatile. On a : coupé du gazon, tranché et coupé du bambou, défriché la jungle, coupé des petits arbres, construit des outil en bois, creusé la terre, coupé des feuille morte (pour préparer du compostez)…

Si j’avais accès à mes outils…

Posté par Abud Nantel 14:30 Archivé dans Équateur Commentaires (1)

(Articles 41 - 45 sur 105) « Page .. 4 5 6 7 8 [9] 10 11 12 13 14 .. »