Un blog Travellerspoint

Peru’s Challenge (by : Manon)

semi-overcast 17 °C
Voir Aventure 2011 2012 sur la carte de Abud Nantel.

It feels as though it was a long time ago that we sat at our computer, with a steaming cup of tea during a cold winter night, aimlessly wandering the web in search of family-friendly volunteering opportunities in Peru. Suddenly, we stumbled upon Peru’s Challenge: an “all-inclusive” volunteering package that seemed to offer it all… Working with Peru’s poorest children, touring all the “must-see” sites around Cusco, and accommodation in their “Volunteer House” with like-minded folks from around the world…

We thought that at as we neared the end of our 9-month trip, settling down somewhere for one month might do us good… and right we were. When we walked into the Volunteer House and into the warm embrace of the Peru’s Challenge team, it almost felt like coming home. And the Welcome Dinner at yummy Tunupa's made us feel like kings and queens! Peru is reputed to be South America's gastronomic highlight, and I would have to agree... The food everywhere is delicious and plentiful.

DSC06354.jpgDSC06378.jpgDSC06393.jpg

We settled into the volunteer house, in Larapa: a nice, safe, middle-class suburb of Cusco which is located approximately 30 minutes from the historic center by “collectivo” – small, white vans that bear names like “Batman” and “Correcamino” who collect passengers for less than a quarter and who are designed to make anyone who measures more than 1.5m feel like a giant.

The Volunteer House is divided into three apartments, so the Auzzies had the largest apartment on the main floor, while we shared the upstairs apartment with Karin (and Mats, her visiting partner), from Sweden. The girls were given the “penthouse” room – a large, sunlit attic room just for them! Each apartment has it own kitchen, computer and living room, affording us the much appreciated feeling of being in a home rather than a hotel room.

P1000550.jpg

But perhaps the best feature of the house was the offer made by Santusa, our lovely housekeeper, that she cook lunch for us everyday providing we funded the groceries through a communal kitty. Aside from being a warm, loving and generous woman, Santusa is undoubtedly the best cook in all of Peru! Everyday, when we returned from workday at the school, we rushed into the house like famished schoolchildren yelling “what’s for lunch Santusa?” and always found something delicious and homey waiting for us on the table… Even on her days off, she cooked pies and cakes for us, for the sheer pleasure of it! She even prepared traditional alpaca... and cuy (roasted guinea pig - one of Peru's most traditional dishes and source of protein), for those who didn't have pet guinea pigs when they were kids!

P1000547.jpg

Once again, we were blessed with wonderful companions for this month: our motley crew of 20-30-40’somethings immediately “clicked” and we fell into a fun and comfortable routine together… Under the kind guidance of our hosts Selvi (Peruvian co-founder of Peru’s Challenge) and Gerry (Australian uber-volunteer who is now the program’s volunteer manager).

Peru’s Challenge works with the poorest communities in the Cusco area, with a view to providing elementary education to their children. The time and money provided by volunteers go towards building schools, which become the heart and soul of the community. The program funds the construction of the school buildings, and often pays for the teachers as well. Once the community buys into the program, they often expand their activities to support the community’s needs: they have built chimneys in homes to alleviate respiratory illnesses caused by the smoke of kitchen fires; they have built irrigation systems to bring the water of mountain springs to fields and houses, allowing farmers to extend their farming season and bringing running water to the community; they have built workshops (talleres) where the village mothers and children can learn various crafts, which they can then sell at markets and to visiting tourists and volunteers (many women now earn more money this way than their husbands do by selling produce at the market); they have built greenhouse where the community can grow flowers that are sold at local markets to help fund the operation of the school.

They work in partnership with the community, which requires time and patience – these communities have often been promised help which never came, so gaining their trust is the first and most important step of the journey. Peru’s Challenge has been active in the area for some seven years, and they have built a solid reputation with both the communities they help and the local authorities (before initiating a new project, they now enter in an agreement with the local education authorities and communities who commit to taking over the project once Peru’s Challenge withdraws). They have been involved in a number of communities around Cusco and in the Sacred Valley, and every time, they have made a real difference.

Our month here was spent working with the community of Pumamarca, a 25 minute car ride up the mountain from the Volunteer House. This is one of Peru’s Challenge longest-running projects – they have been here for 5 years – and this will their last year here. Next year, they will hand over administration of the school to the community and the local board of education.

The impact of Peru’s Challenge here has been incredible: when they first arrived, the school consisted of a small mud brick building with an earthen floor and no windows, where less than 30 children sporadically showed up. Five years later, the school is comprised of 7 classrooms (2 kindergarden groups, grade 1, grade 2, grades 3 and 4, grade 5 and grade 6), a well equipped computer lab, a library, a kitchen, a bread oven, a full complement of physical education equipment, outdoor play structures, and covered tables for outside activities. The buildings are clean, painted bright blue, and decorated with murals painted by the children and volunteers. Moreover, the school has four greenhouses of its own, where the schoolchildren harvest vegetables that are used to provide them with their daily mid-day meal. More than three-quarters of the village children attend school on a full-time basis.

DSC06325.jpgDSC06326.jpgDSC06324.jpgDSC06323.jpgP1010670.jpg

Our tasks for the month consisted of three things:
- Teaching: we taught English, Art, Physical Education and Computers in every class. Building on our experience in Ecuador, Alain and I also spent a few classes teaching the Grades 5 and 6 the very popular art of bracelet-making… They loved it!

P1000443.jpgP1000460.jpgP1000482.jpgP1000518.jpgP1000521.jpgP1000597.jpgP1000605.jpgP4253189.jpgP1010832.jpgP1010830.jpgP1000513.jpg

- Hygiene: the air here is so dry, the daytime sun so hot, and the nights so cold that the children’s hands and faces are often chafed and burnt. During hygiene time, after recess, we oversaw the ritual of nose-blowing, hand-washing and applying cream to their faces and hands. This was followed by the distribution of a multi-vitamin and a fruit to each child, with the odd “saying please and thank you in English” thrown in for good measure.

P1010669.jpgP1010671.jpg

- Construction: we worked on the construction of a fifth mud-brick greenhouse, where the children will grow flowers that will help fund the ongoing operation of the school. The small, wiry Rufino from the nearby community of Quillahuata was our foreman and resident expert on everything to do with mud-brick construction – clearing the land of weeds and rocks; digging and pouring the cement foundation; hauling the (very heavy!) mud bricks uphill, over 500m, to our construction site (we could move three bricks at a time in a wheelbarrow pulled by two people… until a truck showed up to move the rest of them, thank God!); mixing red mud to use as mortar; laying and mortaring the bricks, row upon row.

P1010684.jpgP1010694.jpgP4253229.jpgP1010678.jpgP1010674.jpgP1020063.jpgP1020054.jpgP1020047.jpgP1020055.jpgP1010668.jpgP1000504.jpgP1000507.jpgP1000539.jpgP1000542.jpgP1010287.jpg1P1010289.jpg

Every morning, we rose early with the girls to do an hour of homework before being picked up by either Memo (Peru’s Challenge handyman and driver) or Selvi at 9:30am, in order to get to the Pumamarca school by 9:45am. There, we rotated through teaching, construction and hygiene, according to the daily schedule laid out by Gerry. Alain spent a bit more time on construction, while I spent a bit more time in the classroom, and the girls joined whomever they pleased. By the end of the month, we were beginning to feel “settled in” here as well… We new many of the kids by name, they greeted us every morning with a loud and cheery “goooooood morning teaaaaacheeeeer!”, and we could see them learn and integrate the tidbits we taught them each week. Despite the challenges posed by the lack of continuity from one volunteer group to another, every grain of knowledge that is planted here bears fruit – and the children are avid learners. They were always eager to try anything we proposed, always proud to show us that they remembered what we taught them the preceding week. Nothing here is taking for granted.

And it seems that the last few days are always the best, no matter where we go, because this is always when the girls completely led their guard down…

By the time we left, the greenhouse had begun to look like an actual building, with a solid concrete foundation and walls approximately 1m high (many, many more mud bricks await the next group of volunteers!). Once we got to the mixing mud and mortaring part of this project, Chloée jumped in with both feet… literally! She loved to lay the mud and worked diligently, providing great help to the adults who were laying the bricks. She could be seen smiling, with a trace of mud on her nose, sparkling eyes and her hair up in a messy bun, chatting away in Spanish with Rufino. Sadly, she missed the last day of construction because she fell ill (but was quickly back on her feet thanks to the good advice of the indefatigable Dr Victor) – which meant she missed the big mud fight instigated by her dad! The whole team came home that day looking like a troop of red-skin Indians!

P1010788.jpg1P1010311.jpg

Both girls also helped out in the classroom, and were particularly fond of the grades 1 and 2. Tiny and loving, they won everyone over with their spontaneous hugs and sweet giggles. Arianne thoroughly enjoyed this part and as the weeks progressed, her shyness gradually gave way to a natural motherly instinct. It was adorable to see her help the children with bracelet-making, computer exercises, and art projects. Even when we weren’t teaching, she wander off and help out other volunteers in their classrooms. On our last day, the grade 2 teacher had to leave and his group of 6 students were left to themselves. I took over the group for a short while with Arianne, but then had to move on to another class – Arianne volunteered to take care of the group who was to complete an assignment left by their teacher. She took care of them on her own for over an hour! When I checked in on her, she had all six of them hard at work and was roaming from desk to desk, congratulating them on their work and giving them a hand with their assignment. The kids adored her, and kept showering with big hugs.

P1010793.jpgP1010818.jpgP1010826.jpgP1010849.jpgP1010836.jpg

And because it was our last day, we were treated to a touching send-off by the whole school. They lined up in front of us, by grade, standing proud and tall in their blue school jersey, and each class send a representative to give each one of us a lovely hand-made card and a bouquet of beautiful flowers from the Pumamarca gardens. Two of the boys climbed on the platform to take the microphone and read out loud the message their class had prepared for Chloée and Arianne. And then, one by one, they filed pass us to give us a parting hug. Many had made another card for one of us or brought extra flowers, which they gave us with a shy smile and a loving hug. The tough grade 6 girls who seemed to cool to be bothered with anything asked (repeatedly!) if I would be their “graduation godmother”. One grade 5 boy whom I particularly liked handed me a single wild-flower which he had picked for me. Another looked at me with his dark, serious eyes and simply said: “gracias amiga por ser tan buena persona” (thank you my friend for being such a good person). Needless to say, I was crying like a baby…

P4253237.jpgP4253241.jpgP4253234.jpgP1010803.jpgP1010807.jpgP1010810.jpgP1010813.jpgP1010850.jpgP1010863.jpgP1010864.jpgP1010867.jpgP1010915.jpg

We made wonderful friends on this journey, discovered magical places, and learned so much about Peru and its people. But the most memorable part of this experience will undoubtedly be the smiles and hugs of the children of Pumamarca. Despite knowing that we would soon be leaving them (and how often to they have to say goodbye to people they have grown to love!?!), they opened their hearts to us and showered us with unconditional love. Because their life can be so harsh at times, they have learned what so many of us tend to forget: live the here and now to the fullest, be grateful for whatever small goodness life sends your way, and never take anything for granted.

P1000572.jpgP1000582.jpgP1000562.jpgP1000445.jpgDSC06549.jpgP4253196.jpgP1010797.jpgP1000471.jpgP1000538.jpgP1000558.jpgP1000563.jpgP1000568.jpgP1000569.jpg1P1000572.jpgP1000589.jpgP1000590.jpgP1000599.jpgP1000591.jpg

Posté par Abud Nantel 10:33 Archivé dans Pérou Tagué peru cusco peru's_challenge Commentaires (3)

Lares Trek et Machu Picchu (par : Manon)

sunny 12 °C
Voir Aventure 2011 2012 sur la carte de Abud Nantel.

LARES TREK
Depuis tout le temps où nous sommes dans les montagnes, je rêvais de pouvoir les prendre d’assaut pour les sentir sous mes pieds et respirer l’air cristallin des cimes. C’est donc avec beaucoup d’enthousiasme que j’attendais notre trekking de trois jours dans la vallée de Lares.

Nous sommes partis avec notre guide Chalo (un gars superbe, qui appartient un Eco-Lodge près d’Urubamba et qui vient de bâtir une retraite de yoga dans le même secteur), une équipe de 6 porteurs, guides et cuisiniers, et deux ânes pour les filles : Chocolat Brun pour Arianne, et Tête-à-claque pour Chloée (devinez lequel des deux était le plus docile?).

P1000616.jpg1P1000627.jpg1P1000645.jpgP1000646.jpg

Nous sommes partis non loin d’Urubamba, dans la forêt, à 3000m d’altitude. Le soleil brillait de tous ses feux et le sentier longeait un gros ruisseau qui nous a accompagné toute la journée alors que nous traversions la vallée de Pumawanca. Les paysages étaient splendides… Il n’y a pas de mots pour décrire la majesté des montagnes qui s’élevaient de part et d’autre, alors que pas à pas, nous rapprochions du col par où nous allions passer à la prochaine vallée le lendemain. La pierre rouge, striée de noire par un champignon local, s’élevait vertigineusement vers le ciel, polie par des glaciers depuis longtemps disparus. La vallée, tapissée d’une herbe verte et drue, était parsemée de pierres immenses déposées en moraines à l’ère de glace. Le petit ruisseau du matin est devenue une rivière glaciale et cristalline, puis une chute au-delà de laquelle nous avons pique-niqué. Près de là se trouvait une petite ruine Inca: un temple où les princesses du royaume venaient se purifier, et où les hommes n'avaient pas droit de mettre pied: Pumawanca était la vallée des princesses, la seule n'appartenant qu'aux femmes. Nos princesses à nous s'inséraient parfaitement bien dans le décors! À 3600m, nous avons passé le petit village de Pachhaspata (‘l’empreinte du puma’) – avec ses 6 ou 7 maisons de pierres – et à 4000m, nous nous sommes arrêtés pour la nuit à Cuyoc (‘herbe douce’), dans un cirque au pied du col.

1P1000639.jpg1P1000641.jpg1P1000647.jpgP1000655.jpgP1000664.jpgP1000667.jpgP1000669.jpgP1000672.jpg1P1000677.jpgP1000700.jpgP1000706.jpg1P1000709.jpg

Oh que le ciel est lumineux à 4000m… et que la nuit est froide!! Au petit matin, il y avait du verglas sur notre tente… et sur les orteils de Manon et Alain qui ont cédé les deux meilleurs sacs de couchage aux filles qui elles, ont dormi à poings fermés. Mais la tasse de thé au miel et gingembre que Chalo est venu nous porter à la porte de la tente vers 7h a su immédiatement remédier à ce léger inconfort, tout comme la splendeur du paysage au soleil levant.

P1000710.jpgP1000716.jpg1P1000772.jpg1P1000741.jpg1P1000738.jpg1P1000728.jpgP1000729.jpgP1000737.jpgP1000775.jpgP1000789.jpgP1000796.jpgP1000834.jpgP1000814.jpg1P1000842.jpgP1000846.jpg

Jour 2, nous avons gravi les derniers 600m pour nous rendre au col de Pumawancahasa (à 4600m). Le chemin pour y parvenir était abrupte, mais en route, nous avons traversé une petite forêt enchantée ‘d’arbres papiers’ (les kunas) – petits arbres aux troncs rouges, tordus, avec une écorce encore plus fine que celle de nos bouleaux. Arprès à peine deux heures de marche, nous sommes arrivés au col, d’où nous pouvions voir d’un côté, la vallée de Pumawanca jusqu’à Urubamba, et de l’autre, la vallée Cuncani… Époustouflant. Alors que Pumawanca est verte et douce, Cuncani est rocheuse et taillée au couteau. Alors que Pumawanca s’étire de part et d’autre d’un cours d’eau, Cuncani est parsemée de lacs d’émeraude. C’était magique. Par contre, la croix gigantesque placée ici, avec son visage de porcelaine encastré dans une boîte de plexiglas, jurait un peu avec la pureté du paysage... Mais la foi est forte ic, tout autant que les traditions ancestrales: les paysans font un pélerinage ici chaque année, pour faire leurs offrandes au Seigneur de la montagne, en dansant et en chantant, et en priant aux Apus, les dieux des montagnes environnantes.

1P1000849.jpgP1000850.jpgP1000860.jpgP1000864.jpgP1000866.jpgP1000867.jpgP1000882.jpgP1000883.jpgP1000897.jpg1P1000907.jpgP1000926.jpgP1000947.jpgP1000948.jpgP1000952.jpgP1000954.jpgP1000961.jpgP1000970.jpg

Après une pause panoramique, nous sommes avons commencé à descendre, pour nous rendre au village de Cuncani à 3800m, où nos tentes nous attendaient dans la cour arrière de la famille Puma… et le temps est plus doux ici!

P1000985.jpgP1000987.jpgP1010003.jpgP1010007.jpg1P1010016.jpg1P1010019.jpg1P1010031.jpgP1010044.jpgP1010046.jpg1P1010059.jpgP1010147.jpgP1010146.jpgP1010138.jpgP1010091.jpgP1010084.jpgP1010076.jpgP1010059.jpg

Jour 3, nous sommes repartis en direction de la vallée de Lares, en descendant doucement pendant près de 7km (et sous une fine pluie), jusqu’au village de Lares (3200m) où nous attendaient des eaux thermales sulfureuses et un dernier pic-nic sous la tente… Sublime.

P1010087.jpg1P1010088.jpgP1010089.jpg1P1010134.jpgP1010139.jpgP1010165.jpg1P1010196.jpgP1010227.jpgP1010204.jpgP1010196.jpgP1010186.jpg

Alain et moi avons joui de chaque instant de cette randonnée magique et même si les filles ont trouvé ça difficile par moment (surtout Arianne, qui déteste avoir froid!), je crois qu’elles n’oublieront jamais la majesté des paysages que nous avons traversé. Il était tout simplement impossible de ne pas tomber sous le charme de tant de beautés…

P1010239.jpgP1010232.jpgP1010231.jpg

Et juste au moment où l’on pensait que c’en était terminé des paysages, nous avons quitté les lieux en empruntant la route Lares – Calca classée au patrimoine national du Pérou sous le titre de ‘paysage patrimonial’. Je ne compte plus le nombre de ‘Wow!’ ébaubis qui se sont échappés de ma bouche! À tel point qu’Arianne m’a demandé de me taire, car elle essayait de dormir et n’arrêtait pas de se lever pour voir quelle était la source de mon enthousiasme débordant…

Et en passant : nos guides ont remué ciel et terre afin que les filles aient un âne et non un cheval (comme c’est traditionnellement le cas pour cette randonnée), afin de ménager les allergies de maman… Et devinez quoi? Je ne suis pas allergique aux ânes!! Même pas un kleenex en 3 jours! Pour ceux et celles qui me connaissent bien, vous pourrez apprécier toute l’importance de cette découverte… Merci à Chalo pour tous ses efforts pour nous accomoder!

MACHU PICCHU
Notre guide nous a déposé à Ollantaytambo, où nous avons pris un repas rapide avant de prendre le train pour Aguas Caliente, petit village sympathique qui vit à 100 p. cent de son rôle de porte d’entrée à Machu Picchu… Inutile de dire que la douche chaude et le lit moelleux, avec son épaisse douillete blanche, on fait notre bonheur cette nuit-là!

P1010268.jpgP1010583.jpgP1010585.jpg

Le lendemain matin, Alain s’est porté volontaire pour faire la grasse matinée avec les filles (qui avaient grandement besoin de repos et de confort!), pendant que je partais avec le reste de notre groupe vers 6h du matin pour aller monter Huayna Picchu – un pic qui fait parti du complexe de Machu Picchu et du haut duquel on peut apprécier un panorama exceptionnel comprenant la vallée en bas et les ruines de Machu Picchu en face.

Après avoir gravi des centaines (des milliers on aurait dit!) de marches taillés dans la pierre – certaines larges, d’autres étroites, toutes abruptes – nous sommes arrivés tout en haut vers 8h… L’air était doux, la vallée était silencieuse, et Machu Picchu était enveloppée d’une fine brume que le soleil du matin allait tranquillement fondre… Nous sommes restés là plus d’une heure, à regarder les filets de brume s’échapper de la vallée et à suivre le vol des hirondelles. C’était paisible, mystique, hypnotisant.

Finalement, c’est le soleil qui a gagné et nous avons pu admirer Machu Picchu dans toute sa splendeur et sa grandeur… Le site est énorme, et ce qui impressionne le plus, c’est sans doute sa location – littéralement perché sur la cime d’une montagne, à quelques 2500m d’altitude, dans une forêt tropicale…

P1010387.jpgP1010386.jpgP1010384.jpgP1010376.jpgP1010374.jpgP1010358.jpgP1010351.jpgP1010333.jpgP1010325.jpgP1010311.jpgP1010309.jpgP1010302.jpgP1010297.jpg

Vers 10h, nous somme redescendus rencontrer Alain et les filles pour une visite guidée des ruines avec la très gentille Esmeralda. Pendant plus de trois heures, elle nous a fait découvrir les secrets des lieux. Ici, plus que partout ailleurs, on peut apprécier l’ampleur des connaissances et de l’ingéniosité des incas. En effet, Machu Picchu est le seul site sacré que les espagnols n’ont jamais trouvé – il est donc intact à 80 p. cent. Découvert en 1911 par l’américain Hiram Bingham (ou plutôt, par le petit Pablito, un enfant Quechua qui l’a mené là pour 1 sol), Machu Picchu semble avoir été abandonné par les Incas à peu près au moment où les espagnols commençaient leur conquête du Pérou. Certains temples sont demeurés inachevés, et la majorité des trésors qui s’y trouvaient ont été emportés aux Etats-Unis ‘temporairement’ par l’équipe de Bingham… 100 plus tard, en 2011, une part de ces trésors ont finalement été restitués au Pérou et les gens d’ici espèrent que le reste suivra bientôt.

P1010289.jpgP1010284.jpgP1010415.jpgP1010425.jpgP1010445.jpgP1010453.jpgP1010457.jpgP1010466.jpgP1010477.jpgP1010495.jpgP1010514.jpgP1010519.jpgP1010535.jpgP1010553.jpg

Je ne peux vous décrire tous les détails de ce site exceptionnel, alors je me contenterai de conclure en disant qu’on peut voir ici l’incarnation concrète de toute la philosophie Inca, telle qu’elle est représentée par la croix Andine ou Chacana :

Les trois monde :
- Le monde des morts, représenté par le Serpent
- Le monde des vivants, représenté par le Puma
- Le monde des esprits, représenté par le Condor

Les trois préceptes de vie :
- Vivre
- Travailler
- Aimer

Les trois règles à ne pas enfreindre :
- Ne pas mentir
- Ne pas voler
- Ne pas être paresseux

Les quatre éléments :
- L’eau
- L’air
- La terre
- Le feu

P1010597.jpg

Posté par Abud Nantel 07:43 Archivé dans Pérou Tagué peru machu_picchu lares Commentaires (1)

La vallée sacrée des Incas (par : Manon)

sunny 16 °C
Voir Aventure 2011 2012 sur la carte de Abud Nantel.

En parlant de destinations mythiques… Cusco, ‘nombril du monde’ et cœur de l’empire Inca de Tawantinsuyu (les ‘quatre coins de l’Empire du Soleil’), est l’épicentre d’un vaste réseau de temples et de forteresses Incas dont les murs ont su résister aux tremblements de terre, à l’érosion du vent et de la pluie, et aux insatiables conquérants espagnols.

Pendant notre mois à Cusco, nos hôtes de Peru’s Challenge nous ont organisé une série de sorties pendant lesquelles ils nous ont gavés de paysages exceptionnels, d’excellents repas et de milles petites attentions.

SACSAYHUAMAN
Nous sommes partis à cheval pour gravir la montagne sacrée qui surplombe la ville de Cusco, pour visiter les ruines de Sacsayhuaman, le temple le plus important de l’empire Inca (et une autre entrée sur notre liste du Patrimoine mondial de l'humanité de l'UNESCO). La montée à cheval a pris environ 1h30, sous un soleil lumineux qui faisait resplendir toute la vallée qui s’étendait à nos pieds. C’était splendide…

DSC06402.jpgDSC06410.jpgDSC06424.jpgDSC06425.jpgDSC06435.jpgDSC06463.jpgDSC06448.jpgDSC06450.jpg

Par contre, j’ai eu beau implorer la clémence de Inti (le dieu Soleil), de Wiracocha (le Grand Créateur) et de Pachacutec (le plus grand et le plus respecté des rois Incas) – aucun d’eux n’a pu contrôler mes allergies aux chevaux… Soupir! J’ai donc dû abandonner ma monture au profit de notre vanne et d'un rouleau de papier de toilette pour le reste de la journée.

On dit que Cusco avait la forme d’un puma : la Plaza de Armas actuelle se cache sous son ventre, le temple du Quoricancha était dans son cœur et le grand temple de Sacsaywaman formait la tête. Il ne reste aujourd’hui que 20 p. cent du complexe original… et c’est immense! Certaines pierres pèsent plus de 100 tonnes et mesurent plus de 3 mètres de haut. En soi, cela impressionne… mais encore plus quand on pense que ces pierres de granit ont été apportées ici par de petits humains, qui les ont taillées dans le flanc d’une montagne à plus de 5km. Et bravo pour la créativité: on retrouve diverses figures cachées dans la pierre, comme le llama sacré... et une super glissade en pierre! (Quoique cette dernière servait, croit-on, à recueillir les eaux de pluie et non à amuser les petits incas).

DSC06478.jpgDSC06493.jpgDSC06498.jpgDSC06503.jpgDSC06509.jpgDSC06513.jpgDSC06520.jpgDSC06489.jpgDSC06479.jpg

Au cœur du site, on retrouve un immense amphithéâtre où l’on célèbre encore aujourd’hui la fête du Soleil, l’Inti Raymi, le jour du solstice d’hiver, avec des centaines de figurants en costume d’époque… Un spectacle incroyable qui mériterait un retour par un beau mois de juin! On nous dit que par les beaux mois d’été, les gens de Cusco montent ici pour prendre le soleil, faire des pic-nics, profiter des paysages et faire voler leurs cerf-volants… peut-être pour embrasser les esprits de leurs nobles ancêtres?

Et juste à côté? Le 'Cristo Blanco' qui domine la ville et veille sur elle...

DSC06494.jpg

Tout près de Sacsaywaman, nous avons visité plusieurs petits complexes archéologiques connexes – temples et forteresses qui desservaient le Grand Temple : Puka Pukara, Tambomachay et Kenko.

1DSC06478.jpgDSC06477.jpgDSC06471.jpgDSC06470.jpgDSC06454.jpgDSC06446.jpgDSC06444.jpgDSC06442.jpgDSC06439.jpg

LA VALLÉE SACRÉE
La ville de Cusco est nichée au sein de la ‘vallée sacrée’, mais les théories quant aux raisons pour lesquelles cette vallée était sacrée aux yeux des Incas diffèrent…

La légende raconte que Wiracocha, attristé de voir les peuples s’entre détruire en guerres futiles, aurait décidé d’envoyer deux de ses enfants sur terre pour les civiliser (sounds familiar?). C’est ainsi que Manco Capac et Mama Ocllo sont sortis des eaux tumultueuses du Lac Titicaca, armés d’un sceptre d’or pur. Wiracocha leur dit de marcher jusqu’à ce qu’ils puissent enfoncer le sceptre dans la terre, et là, qu’ils construisent la plus noble des cités pour fonder une nouvelle civilisation… Cusco et sa vallée sacrée. D’autres disent que la vallée était sacrée, car c’était la plus fertile des vallées (et elle le demeure encore aujourd’hui), où le mais poussait en abondance pour les jardins de l’Inca (le roi).

Chose certaine, la région a été fortement colonisée avant l’arrivée des espagnols et les Incas ont bâtis ici d’impressionnants complexes multifonctionnels :

- un secteur urbain, où chaque classe sociale avait sa place;
- un secteur agricole, composé de centaines de terrasses taillées à même les flancs abruptes de toutes les montagnes;
- des structures militaires, incluant d’imposantes fortifications, des tours de guets et des postes de contrôles d’où ils veillaient sur leurs villes et sur le vaste réseau de voies pavées qui reliait toutes les métropoles de l’Empire;
- un secteur religieux, avec des temples voués au culte de diverses divinités telles le Soleil, la Lune, les Étoiles et l’Arc-en-ciel et la Pluie;
- des observatoires astronomiques (combinaison de structures bâties et naturelles), où ils étudiaient le mouvement des astres pour marquer le cycle des saisons.

Nous sommes partis deux jours, pour visiter certains de ces complexes avec nos collègues bénévoles.

CINCO NEVADOS
Au mirador de Raqchi, on peut voir, par temps clair, les ‘cinco nevados’ – cinq énormes glaciers bleus, aux cimes enneigées et tout en bas, la vallée sacrée où serpente la rivière
Urubamba.

CHINCHERRO
Un petit village particulièrement réputé pour la beauté de ses tissus, qui sont encore tissés et teints à la manière ancestrale avec divers colorants naturels : feuilles, minéraux, cochenille (un insecte rouge vivant dans un cactus local)… Nous nous arrêtons dans une petite fabrique, où de gentilles jeunes filles en costumes traditionnels nous servent un mate de coca et nous font la démonstration de leur art.

P1000141.jpgP1000133.jpg

Ici, le complexe archéologique comporte surtout des terrasses agricoles, et un trône sculpté dans la pierre de la montagne d’où on a une vue parfaite sur l’une des montagnes sacrées qui s’élève juste en face. Juste à côté, on retrouve une église coloniale bâtie sur les ruines du temple qui s’élevait ici et l’une des rares au pays où l’on célèbre la messe en Quechua. Ici, le syncrétisme religieux est à son plus fort : lors des mariages, par exemple, les familles des mariés partent de leurs villages et se rendent ici en dansant, dans un tourbillon de musique et de costumes traditionnels, célèbrent la messe en Quechua, et rentrent à leurs villages en dansant à nouveau.

P1000083.jpgP1000085.jpgP1000091.jpgP1000104.jpgP1000110.jpgP1000113.jpgP1000125.jpgP1000124.jpgP1000131.jpgP1000149.jpg

OLLAYTATAMBO
Ollaytatambo est l’une des villes les plus patrimoniales du Pérou, car les fondations et les murs de la majorité des maisons de la vieille ville datent du temps des incas – et cette ville s’étend au pied de l’impressionant site archéologique d’Ollaytatambo (‘où Ollayta, grand général Inca, se repose’).

C’est ici que se sont réfugiés les Incas, suite à leur défaite aux mains des espagnols à Sacasaywaman. Ollaytatambo semble imprenable : une forteresse qui domine une vaste vallée, d’où on peut voir l’ennemi depuis des kilomètres… D’un côté, le secteur agricole avec ses terrasses et ses édifices en pierres brutes; de l’autre, le secteur religieux avec ses temples en pierres taillées et polies à la perfection. En face, une montagne sacrée où la nature a taillé le visage de Tunapa, envoyé de Wiracocha – l’illusion est parfaite, et les astronomes Incas observaient le mouvement du soleil autour de cette montagne pour marquer le passage des saisons. La sophistication et la précision de l’ensemble sont hallucinantes.

P1000180.jpgP1000185.jpgP1000188.jpgP1000190.jpgP1000191.jpgP1000193.jpgP1000205.jpgP1000208.jpgP1000207.jpgP1000209.jpg

URUBAMBA
Urubamba est le centre urbain le plus important de la vallée après Cusco, et toute l’activité touristique de la Vallée Sacrée semble rayonner d’ici. Nous nous y arrêtons pour prendre un superbe repas chez Tunapa, sur les berges de la rivière Urubamba… et pour jouer à nourrir leurs sympathiques camélides andins – llamas et alpacas – qui n’ont eu de cesse de poser pour nos photos…

P1000173.jpgP1000172.jpgP1000167.jpgP1000166.jpgP1000161.jpg

Plus tard, nous sommes repasser par Urubamba pour aller goûter la chicha locale (boisson de mais fermentée) dans une Chicheria du coin (à noter qu’on reconnaît la chicheria au long bâton coiffé d’un plastique rouge roulé en boule que l’on place devant sa porte!). Ici, nous avons découvert qu’Alain est le champion incontestable du ‘juego del sapo’ (le jeu du crapaud), qui consiste à lancer des pièces de cuivre dans la bouche d’un crapaux en cuivre à 20 pas!

P1000219.jpgP1000220.jpgP1000221.jpg

PISAQ
Nous sommes descendus au Royal Inca Pisak Hotel – selon un article affiché dans le lobby, l’une des plus belles haciendas d’Amérique du sud… Wow!

Le lendemain matin, nous sommes montés en bus jusqu’au haut de la montagne de Pisak, et sommes descendus à pied jusqu’au centre du village, en traversant le complexe archéologique qui recouvre tout le haut de la montagne. C’était splendide de se promener ainsi dans les ruines, avec une vue imprenable sur la vallée… Et la dernière heure de la descente passe par un escalier de pierre abrupte, interminable. Encore une fois, c’est absolument splendide et nous restons bouche bée devant l’ingéniosité, le courage et la méticulosité des architectes incas.

P1000304.jpgP1000311.jpgP1000314.jpgP1000318.jpgP1000324.jpgP1000333.jpgP1000335.jpgP1000351.jpgP1000353.jpgP1000354.jpgP1000365.jpgP1000376.jpgP1000381.jpgP1000384.jpgP1000415.jpgP1000400.jpgP1000394.jpgP1000390.jpg

Et pour couronner le tout : le marché de Pisaq – l’un des plus grands et plus jolis marchés artisanaux du Pérou… Dieu, que je suis faible! Nous nous en sommes donnés à cœur joie encore une fois, en remerciant Pachacutec qu’ici, on paie en Sol et non en Dollars!

P1000421.jpgP1000422.jpgP1000420.jpgP1000432.jpgP1000433.jpgP1000436.jpg

MORAY
Par un beau samedi ensoleillé, nous sommes partis avec Anita et Will, deux collègues bénévoles, pour aller à Moray – un autre site Inca assez extraordinaire. C’était, croit-on, une sorte de ‘laboratoire’ où les agronomes incas expérimentaient avec l’agriculture en terrasse et où ils acclimataient diverses plantes au climat et à l’altitude de la région. Ce qui rend ce site unique est que les terrasses sont construites en cercles concentriques et qu’elles sont particulièrement bien préservées (en raison de leur excellent drainage dit-on). Comme il faisait un soleil radieux, nous nous sommes préparés un pic-nic que nous avons savourés tout au fond de ce site… comme si nous étions de petites graines, plantées tout au fond d’un vaste pot de fleur. C’était pas vraiment spécial…

P1010923.jpgP1010929.jpgP1010940.jpgP1010945.jpgP1010946.jpgP1010947.jpgP1010954.jpgP1010957.jpgP1010958.jpgP1010964.jpgP1010971.jpgP1010974.jpgP1010977.jpgP1010979.jpgP1010981.jpg

MARAS
Tout près de Moray, nous avons fait un bref arrêt à Maras, où l’on retrouve d’immenses ‘salinas’ – d’énormes terrasses qui sont irriguées par une source naturelle d’une eau riche en sels. Depuis des siècles, on laisse les terrasses se remplir d’eau puis, tout comme on fait dans les marais salins du sud de la France, on laisse l’eau s’évaporer au soleil et on recueille ensuite le sel… Une technique assez rare en montagne, mais qui génère des tonnes du ‘Sal de Maras’ rose qu’exporte fièrement le Pérou aux fins gourmets à travers le monde… Moi, j’en profite pour me gaver de chocolat au sel de Maras, car si j’ai une faiblesse, c’est bien pour le chocolat noir au sel!

P1020032.jpgP1020031.jpgP1020030.jpgP1020026.jpgP1020022.jpgP1020021.jpgP1020014.jpgP1020011.jpgP1020009.jpg

Posté par Abud Nantel 05:25 Archivé dans Pérou Tagué peru cusco sacred_valley Commentaires (0)

Lac Titicaca (par : Manon)

sunny 15 °C
Voir Aventure 2011 2012 sur la carte de Abud Nantel.

Il y a de ces lieux mythiques dont le seul nom évoque toutes sortes d’images féériques et le Pérou en compte plusieurs : Macchu Picchu, les plaines de Nasca, le lac Titicaca… autant d’entrées sur notre liste de choses à faire avant de quitter la terre des Incas!

Le lendemain de notre retour de la jungle, nous sommes donc partis en direction du lac Titicaca en ‘bus touristico’, c’est-à-dire un gros bus de luxe, aux sièges rembourrés, qui fait le trajet entre Cusco et Puno (aux abords du lac) en faisant de brefs arrêts à divers sites d’intérêt en cours de route…

DSC05705.jpgDSC05699.jpgDSC05740.jpgDSC05752.jpgDSC05768.jpgDSC05769.jpgDSC06251.jpgDSC06254.jpgDSC06238.jpg

Excellente façon de voyager! Chloée vous a raconté le parcours, alors je ne note que deux choses :

- Primo : les Incas étaient des urbanistes hors paires… Le site de Raqchi, bien qu’assez petit, laisse entrevoir tout le génie de leur œuvre. Des murs d’adobe (briques de boue séchées) mesurant plus de 13m et datant de plus de 600 ans ont survécu aux intempéries et aux tremblements de terre; les édifices sont parfaitement alignés, de façon à ce que le soleil de midi éclaire précisément l’allée centrale du complexe; des centaines de structures rondes entourent le site, où l’on entreposait de la nourriture pour soutenir la région en temps de famine ou de guerre. Tous les édifices semblent émerger de la terre, leurs briques aussi rouges et fraiches que les falaises que nous voyons au loin. Avec le bleu du ciel, le vert des champs, et le jaune, l’orange et le rose de centaines de fleurs sauvages, nous avons devant nous le plus bel exemple d’une roue de couleurs… Notre guide cueille une petite plante verte, la muna (cousine proche de la menthe), et explique que ses feuilles ont des propriétés déshydratantes : on les utilisait pour préserver la nourriture… et les momies!

DSC05726.jpgDSC05725.jpgDSC05719.jpgDSC05714.jpgDSC05708.jpg

- Segundo : les conquistadors espagnols du 16e siècle étaient un peu mégalomanes et pas cools du tout avec les peuples conquis. Nous nous sommes arrêtés à Andahuaylillas, minuscule village perdu au milieu de nulle part, pour visiter une église que l’on surnomme ‘la Chapelle Sixtine des Andes’… Il faut voir ça. Elle est très ancienne et en piètre état, mais les fresques et peintures qui ornent chaque centimètre carré de son intérieur sont fort jolies. Il est intéressant de noter que les fresques murales ont été peintes par des artistes indigènes anonymes, alors que les tableaux sont pour la plupart venus d’Europe (on pense que l’un d’entre eux pourrait même être un original de Murillo). Le maître hôtel est de cèdre, laminé en or, et du baroque le plus baroque qui soit… et pourquoi une église de cette richesse ici? Vous l’aurez devinez :Andahuaylillas était un site cérémonial important pour les Incas, alors les espagnols se sont empressés de détruite leur temple pour le remplacer par une super église où les indigènes pourraient venir écouter la Bonne Nouvelle… Bonne nouvelle en effet, que de se faire envahir ainsi, non?

DSC05703.jpg

Nous somme arrivés à Puno en fin de journée, alors que le soleil couchant peignait de bleu et d’or le lac Titicaca. Puno est construit à flanc de montagne, devant une grande baie du lac – d’ici on ne peut donc pas pleinement apprécier la taille de cette étendue d’eau, le plus haut lac navigable au monde, qui fait environ 190 km de long, par 80 km de large, et qui peut atteindre jusqu’à 225m de profondeur.

DSC05814.jpgDSC05816.jpgDSC05818.jpg

On nous avait averti que Puno, c’était plutôt ordinaire… C’est vrai qu’elle n’est pas particulièrement jolie, mais son dynamisme compense largement pour son manque d’esthétisme. Les rues sont grouillantes de monde, incluant une bonne proportion de femmes en costumes traditionnels; les petits moto-taxis sillonnent les rues en klaxonnant comme autant de moustiques bleus; les boutiques et les restaurants abondent sur la calle Lima, artère piétonnière principale du centre-ville. Ça bouge! Et nous sommes en altitude ici – il fait un froid de canard la nuit!

DSC06235.jpgDSC06192.jpg

Cependant, le but de notre voyage ici n’est pas de visiter Puno mais de passer 24 heures sur les iles Uros : iles flottantes construites par le peuple Aymara dans la baie de Puno, où il vivent encore aujourd’hui (on compte plus de 60 iles flottantes, sur lesquelles vivent quelques 300 familles ou 2000 personnes). La matière première des Uros, c’est le ‘totora’ – une sorte de joncs qui poussent sur les berges du lac – et que les Aymaras utilisent pour construire leurs iles, leurs maisons, leurs bateaux, leurs meubles, leurs chapeaux… Conceptuellement, on imagine mal de quoi ça peut bien avoir l’air…

Nous avons donc pris rendez-vous avec les résidents de l’ile Q’hantati (‘aurore’ en Aymara), qui sont venus nous prendre au quai vers 10h pour nous emmener sur leur ile. Papa Victor et son futur gendre Abraham nous attendaient au quai dans leurs petites barques en bois, teint basané sous un chapeau traditionnel en joncs tressés et grand sourire aux lèvres… Avec un autre couple (une Roumaine et un Polonais), ils nous on tranquillement menés vers leur ile en passant par d’étroit sillons tracés par leurs bateaux dans les totoras.

DSC05829.jpgDSC05834.jpgDSC05836.jpgDSC05840.jpg

Comment d’écrire notre première impression des Uros? Un éclat doré au milieu des eaux lisses comme un miroir? Le totora séché a l’allure de la paille… On dirait que le deuxième des trois petits cochons a élu domicile ici, et que plusieurs copains se sont joints à lui! TOUT est fait de totora. TOUT!!

Nous débarquons sur l’ile et sommes sidérés par la beauté et la qualité des infrastructures : des maisonnettes individuelles en totora pour les visiteurs; des arches de totora décorés de fleurs; une salle commune en totora, avec meubles en totora; et bien sûr, le sol en totora… Le ciel est d’un bleu azur et le soleil brille de tous ses feux, et tout cela brille comme de l’or. C’est absolument splendide – et tout à fait dépaysant. Nous passons la journée et la soirée sur l’ile avec la famille de Victor, qui nous fait découvrir les secrets de leur vie : l’histoire des Aymaras, leurs techniques de fabrication, la mythologie du lac Titicaca (‘puma de pierre’, en Aymara). En fin de journée, Maman Cristina et sa fille Maribel nous font revêtir leurs costumes traditionnels pour une session de photos (très rigolo!) et nous partons ensuite en bateau de totora pour tendre les filets avec Victor et Abraham. Au retour, nous nous retrouvons autour d’un excellent repas dans la salle commune, avec nos compagnons pour la nuit : le couple Roumain-Polonais, et un couple de français (Cristina nous explique qu’ils ont reçu des appuis du Ministère du tourisme, pour apprendre à cuisiner aux goûts des touristes – elle a de toute évidence bien appris ses leçons!).

DSC05852.jpgDSC05853.jpgDSC05855.jpgDSC05863.jpgDSC05865.jpg270_DSC05885.jpgDSC05887.jpgDSC05891.jpgDSC05894.jpgDSC05895.jpgDSC05913.jpgDSC05915.jpgDSC05924.jpgDSC05931.jpgDSC05936.jpgDSC05938.jpgDSC05948.jpgDSC05952.jpgDSC05958.jpgDSC05969.jpgDSC05987.jpgDSC05988.jpgDSC06000.jpgDSC06011.jpgDSC06024.jpgDSC06063.jpgDSC05837.jpgDSC05847.jpgDSC05904.jpgDSC05916.jpgDSC05918.jpgDSC05932.jpgDSC05944.jpgDSC05940.jpg

Le soleil descend doucement sur le lac et tout est paisible… Nous ressentons tous une grande quiétude et nous prosternons en silence devant tant de beautés.

Quel contraste quand vient la nuit! Après la chaleur dorée du jour, la froidure argentée de la nuit… On gèle!! Mais c’est magique, sous les étoiles… Et Cristina pense à tout : une bouillotte bien chaude nous attend sous les épaisses couvertures quand nous nous glissons dans notre lit (les couvertures de laines sont si lourdes qu’on arrive à peine à se retourner dans le lit!). Sans compter que le totora isole bien, et nous sommes très confortables dans notre jolie maisonnette, tendue de tissus multicolores. C’est féérique.

Le lendemain matin, avant déjeuner, nous repartons en bateau avec Victor et Abraham pour récupérer les files : 35 petits poissons qui ferons une bonne soupe pour la famille au dîner et la lumière pure du petit matin qui peint le paysage dans les plus belles teintes d’or, de bleu et de rose. Encore une fois, féérique.

Perou, lac Titicaca, iles Uros

Perou, lac Titicaca, iles Uros

DSC06034.jpgDSC06037.jpgDSC06039.jpgDSC05983.jpgDSC06179.jpgDSC06169.jpg

Il ne nous reste qu’une journée sur le lac, alors nous décidons de pousser un peu plus loin pour aller visiter l’ile de Taquile : avec l’ile d’Amantani un peu plus loin, ces deux iles rocailleuses (des iles ‘naturelles’, dit-on ici) on un patrimoine et une culture tout à fait différents : alors que la région (tant du côté Péruvien que du côté Bolivien) est dominée par la culture Aymara, les habitants de ces deux iles (ainsi qu’une péninsule voisine) parlent le Quechua, langue des Incas – on pense que les Incas auraient établis des postes militaires ou administratifs sur ces trois sites et que les habitants d’aujourd’hui sont très probablement leurs descendants.

Bien que Taquile vaille le détour, nous avons commis une erreur stratégique : au lieu de monter à bord du ‘fast ferry’ venant de la ville, nous sommes montés à bord d’un bateau qui venait à Q’hantati prendre le couple de français, dans le cadre d’un voyage organisé… Dieu que ce bateau était LENT!! Nous avons mis plus de deux heures à nous rendre à Taquile – dans un bateau qui puait le diesel et qui tanguait follement sur les grosses vagues au milieu du lac – ce qui nous a laissé à peine deux heures pour visiter l’ile… et un autre trois heures pour rentrer à Puno. UGH!!

Mais bon, Taquile, c’est aussi quelque chose… Ça me rappelait un peu les côtes rocailleuses de la Croatie, qui plongeaient dans la mer Adriatique. La végétation est broussailleuse, les maisons sont faites de pierres, les gens ont le visage tanné par le soleil et le vent. Les hommes tricotent des bonnets de laine traditionnels, pour afficher leurs couleurs : blanc et rouge – célibataire, rouge – marié, mulitcolore – chef.

La montée depuis le port jusqu’au village prend environ 30 minutes, sur un petit sentier sinueux qui s’agrippe aux parois rocheuses de l’ile. Au loin, on voit Amantani, et plus loin encore, les montagnes de la Bolivie. D’ici, on peut apprécier l’immensité du lac…

Nous prenons un repas rapide de truite de lac (délicieuse, mais originaire du Canada et introduite dans le lac il y a quelques décennies!) et passons rapidement au marché pour voir l’artisanat local… Les tissus de Taquile sont inscrits au patrimoine mondial des biens intangibles de l’humanité de l’UNESCO.

DSC06097.jpgDSC06140.jpgDSC06137.jpgDSC06129.jpgDSC06114.jpgDSC06106.jpgDSC06104.jpgDSC06087.jpgDSC06084.jpgDSC06077.jpgDSC06073.jpgDSC06068.jpgDSC06066.jpg

Et déjà, il faut repartir pour Puno, et puis Cusco – nous sommes tous un peu déçus de ne pas avoir eu le temps d’arpenter plus longuement les rues piétonnières du village, mais bon… Nous garderons en souvenir le splendide panorama du sentier menant au port!

Posté par Abud Nantel 19:37 Archivé dans Pérou Tagué peru uros lac_titicaca Commentaires (3)

Cette semaine à la jungle (par : Arianne)

sunny 27 °C
Voir Aventure 2011 2012 sur la carte de Abud Nantel.

Pour aller à la jungle, on pris l’avion jusqu’à Puerto Maldonado : c’est la porte de la jungle de l’Amazone au Pérou.

DSC05663.jpg

À l’aéroport, notre guide nous attendait. On a fait 15 minutes dans un autobus et il nous a apporté à son bureau. À son bureau, on a vu deux sortes de singes : des singes araignées noirs et un petit singe capucin caramel. Les singes araignées, si on se mettait à côté de lui, ils te prenaient par la main et te tiraient vers leur maison. Ils étaient très drôles!

DSC04905.jpgDSC04902.jpg

Après, on a repris l’autobus pendant 45 minutes et il nous a apporté au port, où un bateau nous attendait. Le bateau était en bois, très long et il était bleu. On a fait deux heures de ce petit bateau pour se rendre au premier refuge, qui s’appelait le Refugio Amazonas. Nous, on allait au plus loin possible sur cette rivière, mais c’était trop loin pour une journée alors on a dormi au Refugio Amazonas. Le refuge avait deux étages : le deuxième étage était plein d’hamacs et on pouvait faire des pirouettes dessus. On était trois : moi, Chloée et une autre fille qui venait de l’Angleterre. Notre chambre était devant des gros arbres (il n’y avait pas de murs face à dehors) et le matin, on pouvait entendre des singes.

DSC04950.jpgDSC05000.jpgDSC05501.jpgDSC05495.jpgDSC05576.jpgDSC05575.jpg

Le lendemain matin, on a fait une marche pour aller à un petit lac et on a nourrit des piranhas. Les piranhas faisaient des pirouettes pour aller chercher les graines de pain qu’on leur lançait – on voyait juste sa bedaine orange ou jaune.

DSC04982.jpgDSC04978.jpg

Quand on est revenu, on a repris le bateau et on a fait 3 heures de bateau pour aller le plus loin dans l’Amazone qu’on pouvait : ça s’appelait le Tambopata Research Centre.

DSC05491.jpgDSC05486.jpg

En route, on a vu des capibaras (une sorte de gros cochon d’Inde, à peu près gros comme un chien). Notre guide a dit que si on trouvait un capibara, ou un jaguar, ou quelque chose de rare, on pourrait avoir un coca-cola. Chloée a trouvé un capibara, alors elle a eu un coke et papa m’a acheté un Inka Cola (c’est une boisson gazeuse que les Incas on fabriqués et c’est pour ça que ça s’appelle Inka Cola… Non! C’est une blague! Ça s’appelle Inka Cola, parce qu’on est dans le pays des Incas).

DSC05011.jpgcapibara1.jpgcapibara_2.jpgInca_Kola.jpg

Le premier et le deuxième jour au Research Centre, on s’est levés vers 4h du matin pour aller des perroquets manger de l’argile, pour aller chercher les minéraux qu’il y a dans la terre… Il y avait pleins de perroquets : des gros perroquets (des aras) d’environ 1m. Ceux qui étaient rouge, vert, bleu et jaune s’appellent les ‘Scarlet Macaws’, bleu et jaune s’appellent les ‘Blue and Yellow Macaws’ et les verts avec le ventre rouge s’appellent les ‘Red-bellied Macaws’. Il y a aussi deux autres sortes d’aras qu’on n’a pas vus : on a entendu les aras rouge et vert et les aras verts, à tête bleue, sont très rares et on ne les a pas vus ou entendus. Après, il y a les perroquets (de taille moyenne) et les perruches (les plus petits). On a vu le perroquet à tête bleue, le perroquet à ventre blanc, et le perroquet Amazone à couronne jaune. On a aussi vu un caiman, un serpent et des tortues.

DSC05440.jpgDSC05404.jpgDSC05382.jpgDSC05137.jpgDSC05125.jpgDSC05120.jpgDSC05100.jpgDSC05153.jpgDSC05118.jpgDSC05452.jpgDSC05458.jpgDSC05450.jpg

On est resté jusqu’à 8h et après, on est rentré déjeuner. Au déjeuner, il y a des scarlets macaws qu’on appelle ‘les chicos’. On les appelle comme ça, car les scientifiques du Research Centre les ont pris de leur nid pour les élever, parce que la maman perroquet pond jusqu’à 4 œufs, mais il y en a juste un qui survit. Elle en pond jusqu’à 4, au cas que le premier ne survit pas mais si le premier survit, elle abandonne les autres. C’est ces œufs que les scientifiques ont sauvés et ils s’appellent les chicos. Les chicos ont 20 ans maintenant, et encore ils aujourd’hui, ils reviennent au Research Centre voir leurs amis scientifiques et voler de la nourriture au Research Centre (un d’eux est venu sur notre table et a volé la crêpe de Chloée). Un des chicos a quatre œufs qui ont survécu et les scientifiques pensent que c’est parce qu’il vient voler de la nourriture du Research Centre.

DSC05184.jpgDSC05185.jpgDSC05180.jpgPérou, Centre de recherche Tambopata, visiste des chicos (scalet macaw elevé par les scientistes il y a 20 ans) durant le déjeuné

Pérou, Centre de recherche Tambopata, visiste des chicos (scalet macaw elevé par les scientistes il y a 20 ans) durant le déjeuné

Les après-midi, on allait faire des marches dans la forêt. On a vu pleins de choses : des ‘dusty titi monkeys’, des hoatzins (que les gens ici appellent ‘oiseau puant’), des agoutis paca (même si on a juste vu ses fesses!), des singes hurleurs (ils hurlent très fort!), des pécaris (des cochons sauvages, qui puent beaucoup!). Et ils ont deux grosses dents et quant ils les claquent ensemble, ça fait un gros CLAC!!! Ça faisait un peu peur). Le matin, au premier refuge, c’est eux qu’on entendaient), des singes tamarins, des capibaras. On a aussi pleins de papillons : green-banded urania, lycimnia white, orange-barred sulphur, white-spotted prepona, et des morphos bleus. On a aussi vu une tarentule – elle était plus grande que ma main!

DSC05347.jpgDSC05302.jpgDSC05282.jpgDSC05211.jpgDSC05205.jpgDSC05198.jpgDSC05197.jpgDSC05073.jpg

Les arbres étaients ÉNORMES!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Les plus grans mesuraient jusqu’à 60m. Leurs racines sont toutes à la surface de la terre, mais ils peuvent s’étendre très loin!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Il y avait aussi des lianes qui pendaient… mais on ne s’est pas balancés dessus.

90_DSC05335.jpgDSC05320.jpg
Pérou, Centre de recherche Tambopata, Ficus gigantesque

Pérou, Centre de recherche Tambopata, Ficus gigantesque

DSC05272.jpg

Le quatrième jour, on est retournés au premier refuge. On est retournés jouer sur les hamacs avec la fille. Vers 15h30, notre guide nous dit qu’on allait faire une dernière marche, à une tour d’observation. La fille, qui s’appelle Damaris, sa famille allait à une ferme de fruits et elle a décidé de venir avec nous au lieu. En haut de la tour, qui mesurait 35m environ, on voyait au-dessus des arbres et il y avait encore certains arbres qui étaient plus haut que nous. On a vu des toucans à gorge blanche. Ils volaient comme des dauphins, en montant et en descendant. On a aussi ramassé une noix de Brésil: dans la saison où elles tombent des arbres, il faut mettre un casque protecteur pour passer en-dessous car elles sont si grosses qu'elles peuvent nous faire mal.

DSC05526.jpgDSC05542.jpgDSC05540.jpgDSC05536.jpgDSC05532.jpgDSC05570.jpg

Au Research Centre, après une de nos marches, notre guide était retourné tout seul chercher un fruit pour faire des tatoos. Dans le bateau, en retournant au quai le dernier jour, il nous a fait des tatoos sur la main. Moi, il m’a fait une tortue et Chloée, il lui a fait un serpent qui faisait comme un bracelet. Il a dessiné avec le jus des graines du fruit : au début, c’était transparent et le lendemain, c’était bleu foncé – et ça dure environ deux semaines!! Avec ce fruit, il a fait pleins de tours aux visiteurs : un des tours, c’était à trois monsieurs allemands qui parlaient pas beaucoup. Ils étaient très inquiets des moustiques, alors le guide a trouvé ce fruit et l’a coupé en deux et leur a dit que les gens d’ici l’utilisent comme anti-moustique. Il leur a demandé s’ils en voulaient et ils ont dit oui : ils en ont mis dans leur cou, sur leurs bras et sur leurs visages. C’était le soir, alors personne a vu quelque chose… mais le lendemain matin, quand ils se sont regardés dans le miroir, ils étaient tous bleus!

DSC05587.jpgDSC05589.jpgDSC05590.jpg

La jungle c’était amusant… et il n’y avait pas beaucoup de moustiques!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! J’ai aimé voir les singes dans la liberté.

Posté par Abud Nantel 08:46 Archivé dans Pérou Tagué peru tambopata Commentaires (1)

(Articles 16 - 20 sur 105) « Page 1 2 3 [4] 5 6 7 8 9 10 .. »